wild boar on green grass

Phacochère d’Afrique. Toute ressemblance avec des sangliers existants ou ayant existé est purement fortuite.

La chaleur, la sécheresse, l’agriculture bio et raisonnée favorisent la biodiversité du sol ainsi que la prolifération des vers dont les sangliers raffolent. L’apport artificiel de protéines de maïs par l’agrainage préventif réglementé est une méthode discutée et semble inefficace à long terme. Les deux maraîchers bio installés à Mortagne risquent d’en faire les frais, et craignent pour leurs cultures. Pour le moment, seules les pâtures semblent visées. On peut déjà craindre que se reproduise la situation de 2019, où la sécheresse et les importants labours de sangliers ont fortement appauvri les parcelles et provoqué de nombreux dégâts.

Difficile de gérer la cohabitation entre chasseurs, propriétaires terriens (souvent les mêmes), et promeneurs! On reproche parfois aux chasseurs de ne pas en faire assez, mais on préfère ne pas croiser leur chemin, comme pour la police de la route. 

Voici un lien intéressant qui donne aux promeneurs quelques conseils pratiques et de courtoisie : randonner-malin.com/cohabitation-entre-randonneurs-et-chasseurs-en-6-questions

Sanglier bourguignon